Par Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 19 janvier 2022 à 10h14

L’Envers du décor, au Palais de la Porte Dorée, est de retour pour une 5e édition. Du 4 au 6 février 2022, de nombreux artistes vous donnent rendez-vous pour découvrir des installations et animation gratuites inédites et contemporaines. Prêt ? Attention, ça va briller !

La nouvelle édition de L’Envers du décor au Palais de la Porte Dorée offre aux Parisiens un week-end d’animations gratuites, du 4 au 6 février 2022. Après une édition confinée en 2021, le festival L’Envers du décor est bien décidé à revenir plus fort et plus fou que jamais. Installations, concerts, performances, spectacles… Les artistes invités cette année ont mis le paquet, pour notre plus grand plaisir !

Pendant ce long week-end de février, le Palais et ses différents espaces prennent vie. La mer envahit le Forum, une végétation luxuriante apparaît ici ou là alors qu’une étrange créature prend vie dans l’Aquarium… De belles surprises nous attendent ! On n’hésite plus : pour cette occasion spéciale, tous les espaces du Palais, le Musée et l’Aquarium seront gratuits.

Impatients ? On comprend, nous aussi ! Voici les moments à ne pas manquer de cette édition de L’Envers du décor 2022 :

  • Notre Forêt
    Justine Berthillot
    Performance danse / cirque 
    Hall Marie Curie
    Vendredi 4 février à 20h Samedi 5 février à 15h et 20h Dimanche 6 février à 15h et 18h
    Notre Forêt, est à la fois un solo chorégraphique, une performance circassienne, une installation plastique et sonore. Cette création in situ, pensée comme une expérience immersive et intime, se déploie selon l’environnement dans lequel elle prend racine. Justine Berthillot fabrique un récit hybride à partir de témoignages recueillis par l’artiste sonore Félix Blume en Amazonie brésilienne, qui se regarde et se vit au creux du casque. Avec Notre Forêt, Justine Berthillot convoque la figure mythique de La Curupira, gardienne intemporelle de la forêt et par cette évocation, pose la question de la place de nos imaginaires et de notre relation à la nature. Il s’agit de faire ressentir un sentiment d’urgence écologique, d’habiter graphiquement nos villes afin de faire raisonner nos espaces de vie avec l’espace essentiel et matriciel qu’est la forêt. Nous asseoir au pied de l’arbre, écouter et faire forêt.
  • D’après Environnement vertical
    Compagnie Retouramont
    Performance de danse verticale 
    Forum
    Vendredi 4 février : 19h30, 20h30, 21h30, 22h30 Samedi 5 février : 10h30, 11h30, 15h30, 16h30, 17h30, 18h30, 19h30, 20h30, 21h30 Dimanche 6 février : 10h30, 11h30, 12h30, 14h30, 15h30, 16h30, 17h30, 18h30
    Compagnie pionnière de la danse verticale, la Compagnie Retouramont se situe à la croisée de la danse, du cirque et des arts de la rue. À travers ses explorations spectaculaires de territoires naturels ou urbains, d’architectures contemporaines ou patrimoniales, elle s’empare des espaces de manière chaque fois renouvelée. Pour l’Envers du décor, deux danseuses de la compagnie, en apesanteur dans les airs du Forum, dessinent des lignes, tracent des espaces, créent de nouvelles circulations. S’installe alors une lutte ludique et combative, entre l’architecture, le vide et le corps.
  • Abysse
    Clédat & Petitpierre
    Sculpture-performance 
    Aquarium
    Samedi 5 février à 11h et 16h Dimanche 6 février à 11h et 16h
    Sculpteurs, performeurs et chorégraphes, Yvan Clédat et Coco Petitpierre, couple d’artistes fusionnel, développe une œuvre protéiforme et amusée. Abysse appartient à leur série des sculptures à activer. C’est une décoration d’aquarium, concrétion rocheuse et glossy dans laquelle se réfugie un nudibranchia, gastéropode marin hirsute et coloré. Durant l’activation de la sculpture, la créature explore les alentours de son habitacle dans une chorégraphie organique et vibrante.
  • Robert n’a pas de paillettes
    Arthur Sidoroff
    Spectacle cirque 
    Hall Marie Curie
    Samedi 5 février à 11h et 17h Dimanche 6 février à 11h et 17h
    Au commencement, il y a un câble en acier de 12,5 millimètres de diamètre et de 7 mètres de long. C’est une scène réduite où chaque pas compte. Avec Robert n’a pas de paillettes, petite forme puissante et intimiste, Arthur Sidoroff se présente «sans filtre», «sans paillettes», au plus près de son public, installé de part et d’autre du fil sur lequel il évolue. Dans cet espace commun, où la fragilité d’un déséquilibre, la beauté d’une rattrape, sont autant d’échos à notre humanité profonde, Arthur Sidoroff explore la pratique du fil comme matière chorégraphique et sensible. Sur les notes improvisées du musicien Thomas Caillou, il trace en filigrane, dans sa quête d’équilibre, un chemin de vie parsemé d’instabilité et développe un rapport brut au fil d’acier.

Installations
En continu du 4 au 6 février 2022

  • Ondes
    Sophia Boudou, Nicolas Barraud et Julien Galner
    Forum
    Une architecte-scénographe, un créateur lumière et un plasticien sonore : trois artistes réunis pour une installation créée sur mesure pour le Forum. Ondes prolonge la Fresque centrale des Cinq continents et plonge le public dans un monde aquatique et mystérieux. Bercés par des sons venus des abysses, immergés au cœur du Palais, laissez-vous hypnotiser pas les ondulations de cette surprenante mer intérieure.
  • Cartographie en suspension
    Jérémie Bernaert
    Escalier nord
    Le photographe et artiste vidéaste Jérémie Bernaert offre avec cette vidéo une représentation spatiale inédite du Palais. Avec son drone, il se plonge dans les profondeurs du bâtiment et débute son voyage dans l’Aquarium, alors en travaux. Partant des abysses, il remonte peu à peu vers des espaces plus familiers, dans lesquels l’effervescence habituelle semble s’être interrompue. Dans un lent mouvement de caméra, le réalisateur explore le bâtiment, dévoile la géométrie de son architecture et la finesse de son décor. Son regard s’élève et révèle l’immensité du lieu et de ses alentours. Il dessine une cartographie depuis les airs, sorte de narration visuelle silencieuse du Palais.
  • Les produits coloniaux sur le divan !
    ANPU (Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine)
    Escalier nord
    Après avoir psychanalysé l’ex-empire colonial français, l’heure est venue pour l’ANPU (l’Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine) de se pencher sur la grande histoire de produits coloniaux aussi divers et variés que le coton, les bananes, le riz, le tabac, les écailles de tortue, le manioc, le tapioca et même les graines de beurre de Karité… D’où viennent-ils ? Par où sont-ils passés ? Comment sont-ils arrivés jusqu’à nous ? Comment sont-ils devenus les vecteurs de l’histoire coloniale ? En écho aux panneaux rétroéclairés datant de l’Exposition coloniale de 1931, exceptionnellement sortis des réserves du Palais, des illustrations et une vidéo désopilante viendront mettre à jour nos imaginaires associés à ces produits exotiques. Aujourd’hui intégrés à notre vie quotidienne et perçus comme ayant toujours été là, ils font partie d’un inconscient colonial que l’ANPU mettra en évidence, pour mieux apprendre à s’en débarrasser.
  • Quand la nature reprend ses droits !
    Carole Chaix
    Escalier nord
    Illustratrice tout terrain, Carole Chaix investit les dioramas de l’Exposition de 1931 avec un décor de papier géant. Ces vitrines témoins de l’époque coloniale mettent en scène des hommes et des femmes des colonies ainsi que des produits « exotiques ». L’artiste libère ces intérieurs figés en créant un jardin en mutation où la nature reprend ses droits et les humains s’extraient des vitrines. La végétation pousse, sort des armoires, s’affranchit et reprend vie. Les hommes et femmes, représentés à l’échelle 1, circulent librement dans le Palais, comme des visiteurs. Méfiez-vous, pendant ces trois jours l’artiste se glissera ici ou là dans ce décor foisonnant… 

Concerts

  • David Walters 
    Vendredi 4 février 2022 – 21h
    Auditorium
    L’Amérique, les Antilles, l’Europe : l’histoire et la musique de David Walters balancent des deux côtés de l’océan et brassent large. Au fil de ses albums, de ses nombreux voyages et collaborations artistiques (notamment Ibrahim Maalouf, Ballaké Sissoko, Vincent Ségal), David Walters a donné naissance à un étonnant répertoire électro-soul empreint de beats électroniques et de folk acoustique sous influences afro-caribéennes. Chanteur, multi-instrumentiste, enfant des Caraïbes et grand voyageur, David Walters nous embarque dans un périple haut en couleur qui relie les continents et les îles.
  • Lass
    Samedi 5 février 2022 – 21h
    Auditorium
    Lass, c’est d’abord une voix qui détonne, d’une élégance rare, et dont on se souvient forcément. Formé dans les soundsystems de Dakar, le chanteur et musicien sénégalais a grandi au contact des sonorités afro-cubaines et des soirées de rhumba congolaise. Aujourd’hui, Lass navigue entre électro, soul, ragga et hip-hop, rapprochant ainsi l’héritage séculaire des grands chanteurs africains et la scène afropop actuelle. Les chansons de son premier EP, interprétées en Wolof, sont inspirées de son vécu et irradient d’un optimisme contagieux.  

Un joyau Art Déco classé datant de 1931, des animations gratuites et un florilège de culture, que voulez-vous de plus, franchement ? Profitez à fond de cet événement incontournable, avant que l’on se donne rendez-vous pour sa prochaine édition !

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

L’Envers du décor 2022, le rendez-vous d’art contemporain du Palais de la Porte Dorée – sortiraparis
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.