Le président de l’Institut du monde arabe regrette une pétition «dérisoire» et attristante signée par quelque 250 intellectuels. «Des moutons», selon l’ancien ministre de la Culture.

Une pétition «complètement disproportionnée et à côté de la plaque». Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris, n’a pas mâché ses mots, dimanche, en réaction à la pétition signée et diffusée par des intellectuels arabes à l’encontre de l’exposition Juifs d’Orient. Un événement auquel il est reproché de présenter à l’IMA des œuvres prêtées par des institutions israéliennes. Et, par conséquent, de donner «des signes explicites de normalisation» avec un «régime de colonialisme de peuplement et d’apartheid», selon les mots de la pétition.

«C’est un peu dérisoire et attristant, a réagi Jack Lang dimanche matin sur Radio J, au micro de Frédéric Haziza. C’est une réaction qui cherche à détourner de son sens profond cette exposition, qui n’a rien à voir avec tel ou tel débat politique. L’ancien ministre français de la Culture sous la présidence de François Mitterrand a précisé que sur les près de 300 œuvres du monde entier présentes dans l’exposition Juifs d’Orient, seules «trois ou quatre» proviendraient «de Jérusalem». Une attaque d’autant plus dommage contre cet événement de l’IMA que Jack Lang estime avoir «contribué à mettre en lumière la culture palestinienne comme personne, comme aucune institution».

«Ces textes ont fait pschitt»

La pétition en question, lancée au début du mois de décembre par le mouvement pro-palestinien BDS(pour «Boycott, désinvestissement et sanctions»), affirme que l’IMA «trahirait sa mission intellectuelle en adoptant cette approche normalisatrice – une des pires formes d’utilisation coercitive et immorale de l’art comme outil politique pour légitimer le colonialisme et l’oppression». L’initiative se situe dans la lignée des précédentes actions du mouvement BDS, connu pour appeler au boycott systématique d’Israël et au rejet de toute coopération culturelle. Quelque 250 intellectuels et personnalités arabes ont signé la pétition, dont l’écrivain libanais Elias Khoury, le réalisateur palestinien Elia Suleiman ou le diplomate algérien Lakhdar Brahimi.

«Cela m’a attristé de constater que des personnes, certaines de qualité, des écrivains, des philosophes, se laissent embarquer, un peu comme des moutons, dans un texte dont ils n’ont même pas vérifié la véracité», s’est désolé Jack Lang. L’ancien ministre de la Culture a également balayé d’un revers de la main les communiqués de la section CGT-IMA contre la «normalisation avec l’apartheid», la programmation d’artistes israéliens et l’association de l’IMA avec des institutions israéliennes. «Ces textes ont fait pschitt, a estimé Jack Lang, en mettant en valeur la fréquentation de l’événement. L’exposition fait un tabac et rencontre un écho enthousiaste, chaque jour l’affluence est considérable».

Conçue sous le commissariat général de l’historien Benjamin Stora, Juifs d’Orient : une histoire plurimillénaire, est le troisième volet d’expositions consacrées par l’IMA à l’empreinte des trois grandes religions monothéistes sur le monde arabe. Inaugurée en novembre, l’exposition porte sur la vie et l’évolution des communautés juives dans le monde arabe, ainsi que sur les nombreux échanges avec la communauté musulmane. Ouverte jusqu’au 13 mars, elle présente un grand nombre de photographies aux côtés de manuscrits, de tableaux, de vestiges archéologiques et d’objets issus de la vie quotidienne comme liturgique.

À VOIR AUSSI – François Pupponi: «Dire “mort à Israël” c’est dire “mort aux Juifs”»

Pour Jack Lang, le boycott de l’exposition Juifs d’Orient est «à côté de la plaque» – Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *