« Cette toile est si réussie qu’on ne soupçonnerait jamais qu’elle a été réalisée par une femme. » Ce compliment, prononcé en 1937 par le peintre Hans Hofman à son élève, l’artiste américaine Lee Krasner ne passerait pas aujourd’hui. Pour autant, qui connaît Lee Krasner ? Cette pionnière de l’expressionnisme abstrait fait partie de ces femmes artistes qui ont évolué dans l’ombre de leur conjoint. En l’occurrence ici, celle de Jackson Pollock, dont Lee Krasner fut l’épouse de 1945 à 1956, date de la mort accidentelle du maître du dripping.

Dans l’histoire de l’art, les exemples de ce type sont légion. Ce manque de visibilité, l’exposition actuellement présentée au musée Guggenheim Bilbao entend…

Exposition : l’abstraction au féminin enfin mise en pleine lumière – Sud Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *