Vue de l'exposition Ettore Sottsass L'objet magique au Centre Pompidou.

Vue de l’exposition Ettore Sottsass, L’objet magique au Centre Pompidou.

© Centre Pompidou, MNAM-CCI / Audrey Laurans

Ettore Sottsass, L’objet magique

Fondateur du mouvement Memphis, Ettore Sottsass revendique l’expérience émotionnelle des objets et se démarque par l’asymétrie, la colorimétrie vive et surtout le stratifié, qui connaît son heure de gloire. S’inspirant des avant-gardes modernes en architecture, peinture et sculpture, ses premières céramiques de 1956 témoignent d’un intérêt croissant envers ce médium qu’il chérit pour son aspect anthropologique et son lien avec la culture populaire. Gravement touché par la maladie en 1961, ce médium devient un exutoire rituel. Un voyage en Inde inoubliable lui inspire des céramiques monumentales et les Superbox, armoires fortes de couleurs, matières et de formes. 

Ettore Sottsass, L’objet magique, du 13 octobre 2021 au 3 janvier 2022, au Centre Pompidou, Place Georges-Pompidou, 75004 Paris, www.centrepompidou.fr 

Éva Jospin Forêt 2010.

Éva Jospin, Forêt, 2010.

© Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala – ADAGP, Paris, 2021

Eva Jospin, Galleria

Inspiré par les jardins baroques, les grottes féeriques et les cabinets de curiosités, l’univers intemporel d’Éva Jospin est une invitation à contempler la nature. Galleria, œuvre et titre éponyme de l’exposition, est un passage voûté monumental végétalisé fait de carton ondulé, matériau de prédilection pour l’artiste qui lui rappelle symboliquement le nid d’abeilles et qu’elle parvient à sublimer. Les forêts, lianes et rocailles s’animent et s’entremêlent dans l’aménagement de l’architecture qu’elle conçoit en réduction. À l’image de ses créations récentes en carton présentées dans les salons de peinture du musée, Éva Jospin puise son inspiration dans les ornements d’inspiration végétale issus de l’architecture classique. Dans le monde de l’artiste, chacun est libre de voir le rêve botanique qu’elle offre comme une féérie ou un cauchemar, le règne végétal étant à la fois propice au calme et à l’abandon, comme lourd détenteur de peurs et d’angoisses. 

Galleria, du 16 novembre 2021 au 20 mars 2022, au Musée de la Chasse et de la Nature, 62, rue des Archives, 75003 Paris, www.chassenature.org 

Vivian Maier Bibliothèque publique de New York vers 1954 tirage argentique 2012.

Vivian Maier, Bibliothèque publique de New York, vers 1954, tirage argentique, 2012.

© Estate of Vivian Maier, Courtesy of Maloof Collection and Howard Greenberg Gallery, NY

Vivian Maier

Le parcours atypique de la photographe américaine fascine depuis sa première exposition, en 2011, au Chicago Cultural Center. Vivian Maier décortique la société américaine avec son objectif. L’exposition dévoile des autoportraits, des photos de rues, des films super 8 encore jamais diffusés au grand public, de même que des enregistrements audios. Le musée du Luxembourg, en mettant en lumière l’ampleur des œuvres de l’artiste reflète, à travers l’avancée de la photographie de rue, les grandes mutations sociales et politiques des années 1960 aux années 1980. Cette exposition a le soutien de Women In Motion, un programme de Kering pour mettre en lumière les femmes dans les arts et la culture.  

Vivian Maier, du 15 septembre 2021 au 16 janvier 2022, au Musée du Luxembourg, 19, rue de Vaugirard, 75006 Paris. www.museeduluxembourg.com

5 expositions à voir à Paris pendant les fêtes – AD Magazine
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *