Considéré de nos jours comme l’un des artistes vivants les plus collectionnés et les plus controversés de l’art contemporain, Maurizio Cattelan est devenu le synonyme de la provocation. Retour sur quelques œuvres à l’origine de sa renommée internationale. 

La Nona Ora, 1999

C’est en 1999 à New York que l’artiste italien se fait remarquer sur la scène internationale de l’art contemporain avec sa sculpture La Nona Ora. Directe et violente, l’œuvre entraînera une vague d’indignation. Maurizio Cattelan s’attaque alors au symbole de la religion catholique. Affalé sur une moquette rouge sang, les yeux fermés et le visage crispé, la sculpture représente le Pape Jean Paul II venant d’être percuté par… une météorite.

L’œuvre, exposée à Varsovie fera un tel scandale que la directrice du musée fût contrainte de démissionner. Rappelons tout de même qu’en l’an 2000, le Pape Jean Paul II était encore en vie et qu’en 1981 il échappa à un attentat par balle… 

La Nona Ora

The Comedian, 2019 

Vous vous rappelez sûrement de cette fameuse banane qui, en un rien de temps est devenue la banane la plus célèbre au monde ! Faisons un petit saut dans le temps. Nous sommes en 2019, lorsque le galeriste français Emmanuel Perrotin expose la banane et son scotch à la prestigieuse foire d’art contemporain Art Basel Miami.

Rendez-vous incontournable pour le monde de l’art et ses collectionneurs, la banane fait un buzz international. Mitigé entre le fait qu’il s’agisse ou non d’une forme d’art, l’œuvre sera vendue pour la maudite somme de 120 000$ ! En l’espace de quelques heures, la banane a pris de telles proportions et a créé une telle surprise qu’une foule s’est rendue sur place pour venir assister au spectacle.

Habitué du scotch, l’artiste n’en est pas à son premier coup d’essai. En 1999, ce n’est pas une banane qu’il décide d’accrocher au mur, mais bel est bien son galeriste… Massimo de Carlo s’est alors retrouvé suspendu dans sa galerie de Milan pour incarner l’œuvre A perfect day. 

The Comedian / A perfect day

HIM, 2001 

Quoi de mieux pour provoquer que de faire renaître le personnage le plus monstrueux de l’histoire ? Représentant l’incarnation du mal, il nous est même assez douloureux de prononcer son nom. Installée dans l’ancien ghetto de Varsovie en 2012, les visiteurs découvraient la sculpture au loin, de dos, avant d’apercevoir le visage de celui qui a commis des atrocités, Adolf Hitler. Effet de surprise garantie !

Agenouillé au sol, les mains jointes dans un acte de prière, le dictateur semblerait demander le pardon. Celui-ci, aux proportions volontairement réduites (101 x 41 x 43 cm) apparaît sous les traits d’un enfant accompagné de l’inscription : “Tout criminel était une fois un enfant doux, innocent et sans défense”. Un tête-à-tête avec le mal qui provoquera une réaction d’indignation face à cette œuvre. 

Him

L.O.V.E, 2010 

Taillée dans un bloc de marbre de carrare, la sculpture d’inspiration antique représente une main dont tous les doigts ont été coupés, à l’exception du majeur. D’une hauteur de 11 mètres et surplombant la Plaza degli Affari, ce doigt d’honneur fait face à la Bourse de Milan dans le quartier des affaires. Présentée en 2010 à l’occasion d’une exposition rétrospective de l’artiste au Palazzo Reale, la sculpture ne passe pas inaperçue et divisera l’opinion publique. À l’origine, l’œuvre devait être exposée pendant 1 mois, soit le temps de l’exposition. Et devinez qui est encore sur place près de 12 ans plus tard, affirmant la force culturelle de la ville ?

L.O.V.E est l’acronyme des mots “Libertà” (liberté), “Odio” (haine), “Vendetta” (vengeance) et “Eternità” (éternité). 

L.O.V.E

Agathe Bourdeauducq 

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Maurizio Cattelan, génie provocateur de l’art contemporain – Artistikrezo – Artistik Rezo
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *