Jocelyne, la maman, a quitté ce monde par une nuit froide, quelques jours avant le premier confinement. Amoureuse des couleurs, de la vie, maladie pendant plus de quarante ans. Cette volonté farouche, ce courage que donne l’amour, elle l’a également puisé dans l’art. Aujourd’hui, elles exposent ensemble au cœur de ce joyau qu’est l’abbaye de Saint-Hilaire. Oui, ensemble, comme elles l’ont toujours été de soleils en orages. Jocelyne Mazières désirait tant montrer ses œuvres ici, en cette belle salle… Elle n’en a pas eu l’énergie “. Lo Cucchiarini sa fille, exauce aujourd’hui ce vœu.

Jocelyne peignait la nature et Lo dessine ce qu’elle capte de la nature humaine. Deux femmes qui cherchent, aiment et rêvent sans autre ambition que le simple partage. Pas de paillettes, juste de la poussière d’étoile. L’artiste n’est-il pas cet alchimiste un peu fou qui accroche le temps dans ses œuvres ? Son regard sur la vie continue de nous émouvoir, de nous parler, bien après lui. Armé de ses couleurs, ses notes, ses formes ou ses mots, il reste un présent et conjure le sort.

Trait d’Union, une exposition touchante, émouvante, à venir découvrir pendant tout le mois de novembre, dans le réfectoire des moines à l’Abbaye.

Inclus dans le prix de l’entrée.
Saint-Hilaire. Une exposition, un Trait d’Union – LaDepeche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *